Les classes défense et sécurité globales

Les classes défense et sécurité globales

« La Défense est l’affaire de tous » - Photo de Melvin Gaggioli.

Élève en classe défense et citoyenneté du collège Charles de Gaulle de Guilherand Grange (07) - 1er Prix du Jury du concours Clic/Caj (Commission armée-jeunesse) 2016 dans la catégorie des moins de 25 ans.

Par une convention cadre signée en commun le 8 mars 2011, les ministères en charge de la Défense et l’Éducation nationale ont convenu d’encourager le développement des « classes de défense et de sécurité globales ».

S’appuyant  sur une convention particulière entre un collège et une unité militaire, ce dispositif, qui a déjà été testé à plusieurs reprises avec succès dans les académies de Nice et de Lille, est particulièrement adapté à des jeunes collégiens scolarisés dans des établissements classés « réseau ambition réussite (RAR) / Collège et lycées pour l’innovation, l’ambition et la réussite  (CLAIR) ».

Une courte présentation vidéo (2mn 30s) est disponible sur internet ► ICI

Ce partenariat (non exclusif d’autres partenariats) comprend généralement :

  • une correspondance régulière sous forme électronique, qui se poursuit lorsque l’unité militaire est en opération ;
  • une visite annuelle de la classe au sein de l’unité militaire, au financement de laquelle le ministère de la défense peut contribuer en ce qui concerne les frais de transport, par l’intermédiaire de crédits mis en place au bureau des actions pédagogiques et de l’information de la direction de la mémoire du patrimoine et des archives du ministère (DPMA/BAPI) ;
  • le témoignage épisodique de personnels de l’unité militaire, invités au sein de la classe, en fonction de leur spécialité et du thème abordé, qui peut toucher finalement de nombreux aspects de la vie de l’unité.

L’essentiel des relations se faisant par mails ou par des visites ponctuelles :

  • il mobilise peu de moyens militaires, que ce soit en personnel, en temps ou sur le plan budgétaire ;
  • il peut s’affranchir des contraintes de proximité géographiques et constituer une réponse au maintien d’un lien armées-nation avec  des « déserts militaires ».

Il ne s’agit ni de faire du pré-recrutement pour les armées, ni de « militariser » l’enseignement : ce partenariat a uniquement vocation à constituer un « fil rouge » et un support permettant de donner du sens aux enseignements. En provoquant des émotions, ce partenariat suscite en effet une  motivation des élèves qui facilite les apprentissages.

Les activités de l’unité et les actions menées en commun peuvent ainsi être utilisées pour développer des compétences du socle :

  • maîtrise de la langue française et de moyens d‘information et  de communication, au travers de l’échange de mails et la préparation de productions scolaires ;
  • autonomie et initiative, par la préparation des visites, le choix des sujets abordés, la mise au point des questions... ;
  • compétences sociales et civiques, par la mise en contact avec un cadre qui impose le respect par l’exemple, voire éléments de mathématiques (calcul d’une durée de traversée, ou des paramètres d’un ravitaillement en mer ou d’une projection), culture scientifique et technologique, par la présentation de certaines fonctionnalités des matériels utilisés.

Texte publié sur le site Éduc@def

 

 

« Les Spahis nous défendent, nous les soutenons »

Campagne d'affichage réalisée dans le cadre du partenariat du 1er régiment de Spahis de Valence avec la classe défense et citoyenneté du collège Charles de Gaulle de Guilherand Grange (07)

Autres articles de cette rubrique :

Procédure pour solliciter la Commission Interministérielle de Coopération Pédagogique (CICP) afin d'obtenir un soutien financier
Procédure pour demander l'intervention d'un militaire en classe
Un dispositif pour développer l'engagement citoyen des élèves
Objectifs et modalités de mise-en-œuvre